Préparation de la manifestation du 30 Novembre contre le racisme

logo solidaires                                               LDH                                                                                                 

mercredi 20 novembre 2013

Aux organisations signataires
de l’appel national pour la journée du 30 Novembre
à l’ensemble des organisations syndicales
et associations du Nord Pas de Calais,

Chers amis, chers camarades,

Le faible nombre de participants à la réunion unitaire du 19 Novembre à Solidaires ne nous a pas permis de  décider collectivement de l’organisation de la manifestation du 30 novembre à Lille suite à l’appel national des organisations suivantes « Collectifdom – CM 98 – Ligue des Droits de l’Homme – SOS Racisme – MRAP CFDT – CGT – UNSA – FSU – Union syndicale Solidaires UEJF – FIDL – UFAT – UNEF – UNL – R=Respect – EGAM – FNASAT – Banlieues du Monde ».

C’est pourquoi La LDH et l’union syndicale SOLIDAIRES invitent à une nouvelle réunion unitaire le samedi 23 novembre à 10 h, à l’union syndicale SOLIDAIRES, 174, Bd de l’Usine à LILLE .

Nous proposons d’ores et déjà que le rassemblement pour la manifestation Lilloise soit au départ de la place de la République à Lille à 14 h00 ce 30 novembre 2013.

Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le samedi 16 novembre à Lille, pour l’égalité des droits : manifestation 14h30 Porte de Paris

Dans le cadre d’une journée nationale d’action des associations, syndicats, organisations, collectifs et réseaux signataires appellent la jeunesse, les parents, les salariés et l’ensemble de la population à la mobilisation pour un changement profond de politique migratoire appelée par les organisations nationales suivantes : SGL, UNL, MILI, Solidaires Etudiant-e-s, UNEF, CGT-Educ’action, FERC-CGT, FSU, SUD Éducation, Union syndicale Solidaires, Gisti, Cimade, RESF, Front de gauche (Convergences et Alternative, Fédération pour une alternative sociale et écologique, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, Les Alternatifs, Parti communiste Français, Parti Communiste des ouvriers de France, Parti de Gauche, République et socialisme), JC, NPA, une manifestation aura lieu à Lille. Certaines organisations manifesteront sur la base de l’appel national, les autres sur la base de l’appel ci-dessous.

Les reniements ça suffit !

Les élus, le Gouvernement, doivent agir sans délai !

Caroline

Depuis le 28 octobre, 120 Roms dont cinquante enfants et nourrissons sont accueillis à la Bourse du travail de Lille, dans les conditions les plus précaires et insupportables, suite à une honteuse expulsion sans solution de logement, du parking P4 de l’université de Villeneuve d’Ascq.

Nous le disons clairement les droits fondamentaux : droit à la dignité humaine, droits de l’enfant, interdiction des discriminations, droit à la santé et à l’éducation, etc.. inclus dans les traités internationaux, directives européennes, préambule de la constitution de 1946 devenue le préambule de la constitution de 1958, le code de l’action sociale et des familles, ont été violés.

La circulaire interministérielle du 26 août 2012, indique que les évacuations ne sauraient avoir lieu sans recherche préalable de solutions d’hébergement, sans concertation avec les associations, ni établissement d’un diagnostic social et sanitaire de la situation individuelle des personnes concernées. Rien de tout cela n’a été fait.

Les populations ROMS sont les otages d’une politique répressive et discriminatoire qui leur dénie les droits des citoyens européens. Nous ne pouvons qu’être révoltés devant l’«inhumanité d’État» froidement programmée et politiquement assumée. Nous ne pouvons tolérer  cet épisode de plus parmi les dizaines d’évacuations répétées réalisées ces derniers mois, qui enfoncent à chaque fois dans plus de pauvreté, plus de précarité, plus de misère ces migrants européens comme tant d’autres migrants.

Les syndicats de la Bourse du Travail sont les otages du pouvoir politique et des élus locaux qui jusqu’à ce jour refusent de proposer une issue et recherchent la paralysie de l’action syndicale. Nous nous insurgeons contre l’immobilisme des élus et du gouvernement et exigeons une solution immédiate humaine et digne.

Cela passe par le règlement immédiat de la crise humanitaire qui se noue à la bourse du travail de Lille par une proposition alternative mise en œuvre par les pouvoir publics.

Au-delà cela nécessite un moratoire de toutes les expulsions et une conférence permanente incluant les pouvoirs publics et l’ensemble des organisations et associations qui agissent quotidiennement avec et pour la sauvegarde de la dignité, l’insertion des ROMS, l’éducation de leurs enfants, la préservation de leur santé.

C’est à la misère croissante, à la pauvreté de masse, à une austérité sans rivage, qu’il faut s’attaquer. Ce sont les droits sociaux de tous les humains quelle que soit leur origine, leur dignité, qu’il faut respecter.

Céder devant ces principes c’est donner le feu vert à la xénophobie, au racisme et à une extrême droite qui a déjà réussi à banaliser l’inconcevable.

Ce texte est celui de la pétition en ligne de soutien aux ROMS sur le site :  http://www.solidariteromsfives.org/

Premiers signataires de l’appel à manifester : APU Lille Moulins, Attac Lille, Attac Roubaix-Tourcoing, Attac Villeneuve d’Ascq, CGT Educ’action, Collectif Solidarité ROMS de Lille, Comité Libérez les 59/62,  Coordination Communiste 59/62, CSP 59, EELV Nord – Pas-de-Calais, Association Front Solidaire, FUIQP 59/62, JC Lille, Jeunes écolos Lille, LDH délégation régionale et fédération Nord, MRAP Nord-Pas-de-Calais, NPA 59/62, NPA jeunes Lille, PCF Lille, Réseau jeune du PG Lille, PG Nord, SGL Nord, SOLIDAIRES  59/62, SUD CG 59,  SUD éducation 59/62, SUD étudiants 59/62, SUD santé sociaux 59, SUD-Transports 59/62, UIL Solidaires Lille et Environs, UJFP, Union de Lutte des syndicats CGT du Bassin minier ouest (62), UNEF Lille, UNL Nord…

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Manuel, tu avais « vocation » à retourner en Espagne

« Alors toi l’espagnol devenu Français, tu ne comprends pas ? Fuir son pays, tu ne comprends pas ? Toi, tu ne comprends pas que personne n’a « vocation » à rester ou revenir dans son pays ? Sauf si tu es adepte de conceptions très spéciales, à savoir que ce qui vaudrait pour un Roumain ne vaudrait pas pour un Espagnol. » Une tribune de l’ancien député communiste du Val-de-Marne Jean-Claude Lefort suite aux déclarations de Manuel Valls sur les Roms.

Manuel, tu as déclaré hier soir sur BFM TV (le 29 septembre), que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme.

Tu as été naturalisé Français en 1982. Franco est mort en 1975. Sept ans avant ta naturalisation. Quand tu es devenu Français il n’y avait donc plus de dictature en Espagne. Tu avais donc « vocation », selon tes mots, à retourner dans ton pays de naissance, en Espagne. Tu ne l’as pas fait et je comprends parfaitement de même que je comprends totalement ton souhait de devenir Français. Cela sans l’ombre d’un doute.

Tu avais « vocation » à retourner à Barcelone, en Espagne où tu es né, pour reprendre tes propos qui concernaient uniquement les Roms.

Celui qui t’écris, en ce moment, est un Français d’origine manouche par son père. Mon père, manouche et Français, est allé en 1936 en Espagne pour combattre le franquisme les armes à la main dans les Brigades internationales. Pour la liberté de ton pays de naissance et donc celle de ta famille. Il en est mort, Manuel. Des suites des blessures infligées par les franquistes sur le front de Jarama, en 1937. Je ne te demande aucun remerciement ni certainement pas la moindre compassion. Je la récuse par avance. Je suis honoré en vérité qu’il ait fait ce choix quand bien même il a privé ma famille de sa présence alors que je n’avais que 9 ans et ma sœur 18.

La guerre mondiale est venue. Et les camps nazis se sont aussi ouverts aux Tziganes. Tu le sais. Mais un nombre énorme de Manouches, de Gitans et d’Espagnols se sont engagés dans la résistance sur le sol français. Ton père aurait pu en être. Il en avait l’âge puisque il est né en 1923. Georges Séguy [1] et d’autres sont entrés en résistance à 16 ans. Je ne lui reproche aucunement de ne pas l’avoir fait, bien évidemment. Mais je te demande le respect absolu pour celles et ceux qui se sont engagés dans la résistance contre le franquisme, puis ensuite contre le nazisme et le fascisme. Contre ceux qui avaient fait Guernica. Et pourtant, à te suivre, ils avaient « vocation » à retourner ou à rester dans leurs pays d’origine, ces « Etrangers et nos frères pourtant »…

Manuel, « on » a accueilli la Roumanie et la Bulgarie dans l’Union européenne alors que ces pays ne respectaient pas, et ne respectent toujours pas, un des fondamentaux pour devenir ou être membre de l’Union européenne : le respect des minorités nationales. Sensible à cette question pour des raisons évidentes, je m’en étais fortement inquiété à l’époque. En tant que député je suis allé à Bruxelles auprès de la Commission pour prouver et dire que ces pays ne respectaient pas cette clause fondamentale. On m’a souri au nez, figures- toi.

Et aujourd’hui dans ces pays la situation des Roms s’est encore aggravée. Pas améliorée, je dis bien : aggravée. Et ils ont « vocation » à rester dans leurs pays ou à y revenir ? C’est donc, pour toi, une espèce humaine particulière qui pourrait, elle, supporter les brimades, les discriminations et les humiliations de toutes sortes ? Ces pays d’origine ne sont pas des dictatures ? C’est certain. Mais ce ne sont pas des démocraties pleines et entières pour autant.

Alors toi l’espagnol devenu Français, tu ne comprends pas ? Fuir son pays, tu ne comprends pas ? Toi, tu ne comprends pas que personne n’a « vocation » à rester ou revenir dans son pays ? Sauf si tu es adepte de conceptions très spéciales, à savoir que ce qui vaudrait pour un Roumain ne vaudrait pas pour un Espagnol. Tu sais pourtant que le mot « race » va disparaître de nos lois. A juste titre car il n’y a pas de races, juste une espèce humaine. Et les Roms en sont.

La fermeté doit s’exercer là où se trouvent les responsabilités. Pas sur de pauvres individus qui n’en peuvent plus. Savoir accueillir et savoir faire respecter nos lois ne sont pas deux concepts antagoniques. Mais quand on est de gauche on n’a pas la matraque en guise de cœur.

C’est un Français d’origine manouche qui t’écris et qui écris au Français de fraiche date que tu es. C’est un fils de « brigadiste » qui se rappelle à toi. Souviens-t-en : « Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir ».

Pour l’heure Manuel, j’ai la nausée. Tes propos me font gerber, même pire. Nos pères auraient donc fait tout ça pour rien ou pour « ça » ?

Ils sont morts pour la France, Manuel. Pour que vive la France. Inclus « ces étrangers et nos frères pourtant. »

Jean-Claude Lefort, député honoraire (PCF), fils de Manouche

 4 octobre 2013

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Communiqué national de l’Union syndicale Solidaires

Évacuées d’un terrain de l’Université Lille 1 à Villeneuve d’Ascq le lundi 28 octobre, plus de 120 personnes dont plusieurs dizaines d’enfants, ont été accueillies le soir même par les syndicats de la Bourse du travail de Lille.

Très rapidement, l’intersyndicale a décidé d’utiliser tous les moyens des organisations de la Bourse pour permettre aux familles d’être hébergées dans les meilleures conditions possibles.

Les rencontres auprès de la Préfecture de Région, la Préfecture et la mairie de Lille n’ont pas permis de recevoir la moindre proposition d’action publique pour les familles.

Alors que l’État doit garantir le droit inconditionnel à l’hébergement, le Conseil Général assurer la protection administratives des mineur-e-s, et les municipalités permettre la scolarisation des enfants, les autorités politiques et administratives demeurent dans le déni total des droits des ces familles.

Parce que Rroms, elles sont écartées de tous les dispositifs de droit commun. Ainsi la république du mépris alimente sans cesse les sentiments les plus rétrogrades et réactionnaires en marginalisant ces familles.

Les règlements de comptes politiciens entre la municipalité, le conseil général et le ministère de l’intérieur l’emporteraient sur toutes situations humaines et même sur les urgences sanitaires, plusieurs personnes étant gravement malades et nécessitant un accès total aux services de santé.

Les soutiens syndicaux et associatifs se sont adressés au Préfet Alain Regnier, délégué interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement, pour que soient organisée une conférence régionale permanente afin de permettre à toutes les familles Rroms d’être logées et d’avoir un accès entier à leurs droits.

Le collectif Rrom qui réunit les familles hébergées par la bourse du travail a adressé à tous et toutes le 5 novembre une déclaration affirmant leur volonté de simplement vivre avec les mêmes droits que tout un chacun. C’est une étape clef dans le processus d’appropriation de la lutte par ceux qui refusent de continuer d’être de simples victimes dont on méprise les droits fondamentaux. Ce vendredi, un cordon de CRS bloque le parking de la bourse du travail de Lille.

Après toutes les scandaleuses évacuations qui se sont opérées partout en France, les appels d’élu-e-s incitant publiquement à la haine raciale et à l’autodéfense, et s’en réjouissant, les organisations syndicales nationales ont un devoir de se mobiliser afin que cesse cette campagne acharnée et permanente de ségrégation à l’encontre des familles Rroms en France.

L’Union Syndicale Solidaires soutient le Collectif Solidarité-Rroms de Lille et appelle à rejoindre les soutiens de l’intersyndicale CGT / FSU / SOLIDAIRES.

Publié dans Communiqués syndicaux, Uncategorized | Laisser un commentaire

Réunion « animation »

À 18 heures, aujourd’hui, on fait une réunion « animation », dans le but de prévoir et organiser des animations pour les enfants.

Toutes les personnes motivées sont invitées !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Camps de Rroms démantelés, lycéens et étudiants expulsés : défendons le droit à l’éducation et la régularisation des sans-papiers !

Depuis le 28 Octobre, une centaine de Rroms sont hébergés à la bourse du travail de Lille-Fives par les syndicats. En leur sein, de nombreux enfants (une cinquantaine) et des personnes avec des situations de santé problématiques (femmes enceintes, une personne atteinte du cancer, une petite fille opérée du cœur…). Suite à cette situation, plusieurs manifestations ont eu lieu, des lettres ont été envoyées, des rencontres faites avec les représentants des pouvoirs publics, sans aucun résultat. Dans le même temps, les lycéens continuent leur mobilisation contre les expulsions avec une dernière manifestation nationale ce Mardi 5 Novembre.

Rroms et sans-papiers sont les premières victimes de la politique discriminatoire du gouvernement.

Les organisations signataires rappellent leur combat pour l’égalité des droits et demandent une solution de relogement rapide et pérenne pour tous les Rroms expulsés du parking P4 de Cité Scientifique le 28 Octobre.

De manière générale, nous exigeons :
-la régularisation des sans-papiers
-le droit à l’éducation pour tous

Nous appelons à une journée de mobilisation le 16 Novembre, avec une manifestation à Lille à 14h30, Porte de Paris.

Tous ensemble contre la politique raciste du gouvernement !

Premières organisations signataires : SUD Étudiant Lille, UNL Lille, UNEF Lille, SGL Nord, JC Lille, NPA Jeunes Lille, Jeunes Écologistes Lille…

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Depuis 10 jours, les Roms expulsés de Lille 1 battent le pavé

Article de « Croix du Nord »

————————————————–

Ils se sont retrouvés embarqués dans cette histoire un peu par hasard. Lorsque, dans la nuit du 28 octobre, les familles ont frappé à la porte de leurs locaux. De cette rencontre inattendue entre 120 expulsés et des responsables régionaux de syndicats de salariés est né quelque chose de neuf : la prise de parole des Roms eux-mêmes dans l’espace public.

«So-so-so-Solidarité!», «J’y suis, j’y reste, je ne partirai pas!» Des slogans, en français, qui ont retenti à quatre reprises dans les rues de Lille en une semaine. Les Roms expulsés du parking P4 du campus de l’université Lille 1 de Villeneuve d’Ascq et leurs soutiens: amis, syndicats, collectif solidarité Roms, ont donné de la voix pour réclamer des solutions d’hébergement.

On pourrait imaginer les syndicalistes donnant des instructions à des hommes, des femmes et des enfants qui ne sauraient pas bien ce qu’ils sont en train de faire. «Ils nous ont pris les tracts et les drapeaux des mains», assure Olivier Pira, de l’Union syndicale Solidaires Nord-Pas-de-Calais. Résultat, même si les membres de l’intersyndicale CGT, FSU, Solidaires leur délivrent quelques conseils, ce sont les familles roms qui distribuent les tracts aux passants en ce 31 octobre, qui prennent la tête d’un petit cortège qui se masse devant la préfecture, qui manient les sifflets, agitent les drapeaux, vêtus de parkas «Lille 2004».

Respect des droits

«Ils nous ont jetés dehors comme des chiens et non comme des personnes, estime Ana Sainea, 29 ans, en France depuis 2009. Nos caravanes ont été mises à la fourrière avec nos affaires, qu’on n’a pas eu le temps de récupérer. Mes enfants sont scolarisés, je parle français. Depuis deux ans, on parle. Aujourd’hui, on a envie de se battre pour faire respecter nos droits.»

Ana_et_Secret

La jeune femme soutient qu’elle est venue en France pour y faire sa vie, fuyant la pauvreté et le racisme envers sa communauté en Roumanie. «Nous demandons un logement et le droit de travailler. C’est la vie qui nous oblige à voler, pour nos enfants.» Seul réconfort pour Ana: le fait que les siens puissent, ici, aller à l’école.

Les familles lui demandent d’évoquer les problèmes de santé de certains expulsés. Une femme tend un certificat médical qui indique que la personne qui y est mentionnée doit faire des dialyses trois fois par semaine.

Mardi, le collectif Roms de la Bourse du travail a rédigé son propre tract qui a ensuite été traduit en français. Syndicats et familles attendaient une solution suite à la réunion du comité d’échanges départemental sur les populations de culture rom. Déception et colère étaient palpables dans les rangs. Une nouvelle réunion a été annoncée par la préfecture «dans les prochains jours».

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Lille : qui veut des Roms villeneuvois bloqués à la bourse du travail ?

Article de « La Voix du Nord »

————————————————–

Depuis leur expulsion d’un parking de l’université de Lille I, fin octobre, 120 Roms, dont une cinquantaine d’enfants, sont hébergés en urgence par les syndicats dans une salle de la bourse du travail à Lille-Fives. Une situation que ces derniers souhaitaient temporaire, mais qui semble devoir s’éterniser au regard des événements observés encore ce soir, à Lille. Il semble que ni la municipalité lilloise, ni la préfecture ne veuillent des Roms villeneuvois à Lille ou dans la région.

Tout commence, aujourd’hui, par un message de l’intersyndicale CGT – Solidaires – Unsa : les 120 Roms sont hébergés depuis bientôt quinze jours à la bourse du travail, « avec quatre points d’eau et quatre toilettes pour tout le monde, déplore Olivier Pira, de Sud. Les conditions sanitaires deviennent épouvantables, les Roms eux-mêmes veulent partir. »

Après une tentative d’installation avortée dans l’ancienne bourse du travail, dans le centre de Lille (« un bâtiment vide où les conditions sanitaires auraient été bien meilleures »), puis dans un ancien hôpital de Saint-André, l’intersyndicale décide de tenter une autre solution : récupérer les caravanes des Roms saisies lors de l’évacuation de Villeneuve-d’Ascq et les installer, avec les familles, sur un parking vide de la bourse du travail, toujours dans le quartier de Fives. Soit vingt-quatre caravanes pour autant de familles.

« Un piège »

L’opération débute hier et, très vite, se heurte à un premier blocage, selon les syndicats. « Le préfet nous a dit qu’on pouvait récupérer les caravanes (stationnées à Lys-lez-Lannoy et Ronchin), explique Olivier Pira. Mais quand on s’est présenté, il n’a pas été possible de les prendre ! » Et au même moment, aujourd’hui vers 16 h à Lille, des policiers nationaux puis municipaux s’installent devant l’entrée du fameux parking. « On ne peut pas récupérer les caravanes, et on ne peut pas non plus les installer sur notre parking, donc on ne peut rien faire », déplore un syndicaliste.

Le parking choisi est, certes, situé au beau milieu des habitations fivoises. À la question, « la ville (et LMCU, propriétaire du terrain) acceptent-elles que les Roms villeneuvois y soient installés ? », la municipalité lilloise nous répond ce vendredi soir : « La ville souhaite que les familles récupèrent leurs caravanes, et soient installées sur un terrain fourni par la préfecture. » Donc pas à Lille, ni sur le territoire de LMCU, peut-on en conclure. Et à la question « les Roms villeneuvois peuvent-ils récupérer leurs caravanes ? », la préfecture nous répond : « Oui, les caravanes sont à leur disposition, ils peuvent les reprendre gratuitement et circuler avec. » Et pour aller où ? Sur le parking de la bourse du travail ? Là, la préfecture ne s’exprime pas. Quelqu’un a néanmoins bien envoyé la police pour en bloquer l’entrée. Olivier Pira, lui, précise : « La préfecture accepte bien de rendre les caravanes, mais à condition que l’on fournisse une destination. Or, pour l’instant, il est impossible de les installer où que ce soit. Cette situation est un piège ! »

Bref… Du point de vue des autorités, la solution pour ces familles serait de rouler vers loin, très loin. Où de rester ad vitam aeternam à la bourse du travail de Fives, dans des conditions que les syndicalistes décrivent ce soir comme « invivables ».

Selon les syndicats, une benne à ordures a été déposée, ce vendredi soir, devant l’entrée du parking de la bourse du travail.

Caravanes gratuites en fourrière : la précision de la préfecture

Les Roms de Villeneuve-d’Ascq peuvent récupérer leurs caravanes actuellement en fourrière, gratuitement. Ce vendredi soir, la préfecture précise le pourquoi de cette gratuité accordée « à titre exceptionnel ».

« En application de la réglementation, le service chargé de la mise en fourrière ne restitue le véhicule à son propriétaire qu’à partir du moment où ce dernier a notamment réglé tous les frais de fourrière. S’agissant des caravanes, le propriétaire dispose de 8 jours pour récupérer son bien. Passé ce délai, il peut être détruit. Par dérogation à cette réglementation et à titre exceptionnel, le Préfet du Nord a accepté que les caravanes qui auraient été saisies lors des récentes évacuations de campements illicites, soient restituées gratuitement à leurs occupants. Ceux-ci pourront les récupérer à l’aide des véhicules tracteurs qu’il pourront apporter. Par ailleurs, concernant la dernière évacuation du campement illicite dit du parking P4 situé sur le campus de l’Université Lille 1 dans la commune de Villeneuve d’Ascq, le préfet a décidé de suspendre le délai de 8 jours conduisant à leur destruction. Ainsi, contrairement à ce qui a pu être relaté, aucune destruction n’est programmée pour ces caravanes. »

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Communiqué intersyndical (CGT, FSU, Solidaires) et du collectif « Solidarité roms » de Lille

Quand les intérêts politiques créent une crise humanitaire, sanitaire et sociale

Depuis le 28 octobre, les organisations syndicales FSU, Solidaires, CGT, le collectif solidarité Roms de Lille-Métropole et les réfugiés Roms hébergés dans les locaux de la Bourse du Travail cherchent à obtenir des réponses cohérentes et justes des pouvoirs publics quant à leur situation.

Au terme d’un rapport de forces, et après avoir décrypté de nombreuses versions contradictoires, ils ont obtenu de pouvoir récupérer les caravanes confisquées sur le parking P4 il y a dix jours.

Dans le souci de dénouer la crise liée à l’accueil des Roms à la Bourse du Travail, les syndicats, les associations et les Roms ont tenté, ce vendredi 8 novembre, d’aller chercher les caravanes dans les fourrières de Lys-lez-Lannoy et Marquette et de les installer sur le parking sécurisé de la Bourse du Travail.

Alors qu’elles avaient obtenu l’accord des services préfectoraux le matin, elles se sont heurtées vers 16 h à un cordon de CRS barrant l’accès au parking.

Les caravanes ne peuvent donc se poser nulle part ! Comment comprendre que les Roms puissent rester dans les bureaux de la Bourse et ne puissent pas s’installer sur le parking de cette même Bourse ?

C’est Ubu au pays de LMCU et dans la République !

Confrontés à une telle absurdité, à un tel irrespect humain, quelles solutions ont les Roms de la Bourse du Travail ? A part ne pas exister, que doivent-ils faire ?

Confrontés à une telle incurie et à une telle inhumanité, les organisations qui accompagnent et soutiennent les Roms ont-elles d’autre issue que la révolte ?

Elles restent déterminées à obtenir justice et porteront ce scandale humanitaire et politique à l’échelon national.

Publié dans Communiqués syndicaux, Uncategorized | 3 commentaires

Manifestants de la Redoute et Roms, à Lille : le double visage de la précarité

Article de « La Voix du Nord ».

—————————————————————-

Il est midi, ce jeudi, les Roms rejoignent le cortège des manifestants rue de Solférino. Le moment est surréaliste. À une précarité répond l’autre.

« So, So, So… Solidarité. Pinault t’es foutu… ». Les Roms sont dans la rue, dépassés par l’enjeu du moment mais visiblement heureux de se retrouver en queue de peloton. « Une convergence de luttes face à un problème global. Les Roms ne cherchent pas à utiliser cette mobilisation pour leur cause, ils revendiquent à leur manière contre la politique d’austérité », glisse Edouard Millot, pour UIL Solidaires Lille. Du déclassement social au déclassement humain, la barrière est de plus en plus fragile. Quarante chasubles blanches (identifiant les Roms) le rappellent dans la confusion la plus totale. Le symbole de cette première n’en est que plus fort. Les lycéens et collégiens attendus sont, eux, aux abonnés absents. Personne à 11 h 30 place de la République, lieu de convergence annoncé. Seuls les militants déjà impliqués dans une lutte sociale ou politique font acte de présence. « Oui, c’est un peu désorganisé », admet Leila Beaugeard, 19 ans, responsable Nord du syndicat lycéen UNL. À ses côtés, Lilâ Le Bas, présidente de l’UNEF Lille alerte sur le sort d’un étudiant guinéen. Les informations circulent à la marge. La partie se joue en présence de deux forces inégales. En se voyant débordés sur leurs flancs, quelques syndicalistes et manifestants se montrent surpris de la présence des Roms. Quelques-uns y adhèrent immédiatement « Normal qu’ils défendent leurs droits… Tous les moyens sont bons pour exprimer leur mécontentement », lâche Stéphane Anthone, UL CGT Lille. D’autres sont plus circonspects. « On est là pour la Redoute et rien d’autre », lâche un militant de la CFDT, lui aussi de blanc vêtu.

Peu importe, venu de la bourse du travail, Lazar, 23 ans, estime sa présence justifiée. Il distribue des tracts à tour de bras. « L’expulsion, la débrouille, la compréhension, l’urgence… ». L’effet miroir est stupéfiant.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire